Entrepreneurs: 4 facteurs de risque qui vous empêchent d’être libres et sereins

Entrepreneurs: 4 facteurs de risque qui vous empêchent d’être libres et sereins

D’après l’INSEE, 77% des entreprises en micro entreprise et 40% des entreprises en dehors de ce statut meurent avant 5 ans.

Et ces chiffres sont encore plus importants pour les créateurs et les entreprises qui ne sont pas accompagnés.

En fait, les difficultés d’entreprise sont rattachées à 4 facteurs principaux que je vais détailler:

  1. Le manque de trésorerie
  2. Une activité commerciale défaillante
  3. Une organisation interne en péril
  4. Le manque de vision et de stratégie commerciale structurée

1/Le manque de trésorerie:

Selon certains secteurs d’activité comme les entreprises qui stockent des marchandises ou celles qui sont confrontées à des délais de paiement assez long (60 à 90 jours), la gestion de la trésorerie est primordiale.

Pour les prestations de service comme les activités de conseil elle est aussi primordiale, mais prend une autre forme. On pourrait ici imaginer les montagnes russes avec un chiffre d’affaires en dent de scie et donc une trésorerie qui s’avère toujours serrée.

Le manque de trésorerie induit différentes causes qui sont nombreuses:

  • Un problème de profitabilité: le chiffres d’affaires est trop faible et ne permet pas de faire ressortir un bénéfice.
  • Un problème de rentabilité: le chiffre d’affaires est bon mais la marge commerciale est trop basse par rapport au ratio du secteur d’activité. L’activité produit plutôt à perte.
  • Il y a une déperdition des paiements. Le taux d’impayé ou les délais de règlement client sont trop long.
  • Il y a un déséquilibre entre les charges et les recettes. La gestion de l’entreprise est mal maitrisée et l’activité produit une fois de plus à perte.

2/Une activité commerciale défaillante

Le nerf de la guerre pour chaque entreprise est de contractualiser et de trouver des clients. Le chiffre d’affaires est en relation directe avec le nombre de clients qui ont acheté un produit ou une prestation de service.

Une activité commerciale qui manque d’efficacité peut se présenter de différentes façons:

Les clients ciblés ne sont pas les bons.

L’entreprise se focalise sur un “mauvais client”. C’est quoi un mauvais client? C’est celui qui n’a pas de besoin identifié selon les produits vendus ou qui n’est pas prêt à passer à l’acte d’achat. Il faut savoir que pour vendre il faut avoir bien en tête le parcours d’achat d’un client. S’il n’y a pas de filtre dans ce parcours, il est possible de perdre beaucoup de temps avec des clients qui ne correspondent pas à ce que vous recherchez.

L’offre de service ou les produits ne créent pas assez de valeur.

Cela veut dire que ton produit ou ton service ne sont pas assez différenciant. Ce problème induit de se remettre en cause en profondeur et d’avoir la capacité de rebondir en modifiant son offre de départ.

Le message communiqué est illisible.

Tu pourrais avoir une offre ou un produit qui créent de la valeur mais si la communication et le marketing à ce propos ne sont pas à la hauteur. Ce que tu peux promettre à ton client devient incompréhensible.

Les actions commerciales ne sont pas assez performantes et organisées.

La difficulté des actions commerciales réside dans le fait que trop de choix tue le choix. Comment choisir entre publicité Facebook, entretiens téléphonique, Linkedin, etc… Il y a une multitude de possibilités dans la mise en action commerciale qui font que l’on peut se confronté aux risques suivants:

-Se focaliser sur une activité commerciale qui ne correspond pas à son activité et qui est donc inefficace.

-Ou au contraire, changer tous les jours d’action commerciale sans persévérer.

-Construire des actions commerciales incomplètes ou ne prendre en compte qu’une partie du parcours de son client: par exemple, rester sur une phase de visibilité en passant son temps à rédiger des messages sur Facebook sans prendre en compte qu’il ne s’agit que d’une partie du parcours de vente de son client.

3/ Une organisation interne en péril

Etre entrepreneur nécessite d’avoir une agilité à toute épreuve et de passer d’un appel téléphonique client, à la révision de ses factures et terminant par l’analyse permanente de ses produits et services.

Les dangers qui guettent l’entrepreneur sont alors nombreux:

Se focaliser sur ses compétences.

C’est souvent un gros défaut que l’on retrouve chez les artisans (mais aussi bien sûr dans d’autres corps de métier…). Tout le temps de l’entrepreneur est centré sur le fait de produire un service ou de vendre un produit et non à réfléchir à sa stratégie d’entreprise et de faire de l’optimisation en continu.

A force d’avoir, comme l’expression le dit si bien “le nez dans le guidon” le dirigeant en oublie de prendre en considération des actions majeures de son entreprise et manque alors de réactivité ou ne sais pas comment réagir face à une difficulté venue.

Vivre au jour le jour.

Malheureusement le carpe diem si cher à l’instant présent ne font pas toujours bon ménage. C’est souvent le manque d’anticipation et de prévision qui empêche de se retourner avant qu’un gros problème arrive. Ce manque d’anticipation peut être autant rattaché à l’absence de prévision de chiffre d’affaires que de prévision financière. Mais pour cela il faut avoir au minimum de outils de prise de décision afin de savoir comment faire les meilleurs choix.

Ne pas savoir gérer son temps.

Si l’argent, la rentrée d’argent sous forme de chiffres d’affaires est importante, savoir gérer son temps et bien l’utiliser vaut de l’or.

La différence entre deux entrepreneurs qui sont sur la même ligne de départ avec les même ressources et les mêmes capacité est souvent une question de stratégie dans la question de son temps. Effectivement lorsque l’on est entrepreneur on peut tout faire.

Mais c’est justement ce “on peut tout faire” qui peut poser problème. Il y a des actions qui peuvent impacter fortement ton activité alors que d’autres ne sont pas nécessaires ou pourraient être déléguées.

S’appuyer sur des outils de gestion d’entreprise pour mieux gérer et optimiser son activité.

Ici je vais vous parler du syndrome des 30 euros. Je l’intitule ainsi car il concerne tous les investissements que l’on pourrait faire pour améliorer sensiblement son activité. Autant, il est évident qu’une gestion équilibrée de son activité est primordiale, autant il est important d’investir continuellement dans son entreprise et sur soi pour obtenir les résultats désirés.

Le principe est que pour franchir un cap, il faut investir. La question est alors de se demander: si j’investi 30 euros par mois par exemple dans un outils marketing combien de temps (et donc d’argent cela va me faire gagner?).

Si j’investi 2000€ dans une formation, combien de mois d’apprentissage et même d’année je vais épargner.

On est souvent frileux pour investir sur soi et à miser sur son entreprise alors que le risque maîtrisé induit toujours un cap franchi et une évolution.

4/Le manque de vision et de stratégie commerciale maîtrisée

Si tu ne définis pas là tu vas aller, tu ne vas nulle part. En clair, si tu ne définis pas d’objectifs pour ton activité comment peux-tu penser concrétiser tes objectifs.

L’un des points essentiels pour réussir son projet d’entreprise est de se donner une direction et de s’y tenir. Malheureusement, le droit chemin ressemble plus à des cercles d’hésitation, des détours et à des pas à reculons qu’à une stratégie claire et affirmée.

C’est ce que j’appelle trouver son focus. Car une fois que tu affirmes une direction tu vas tout faire pour la suivre et la concrétiser.

Ne pas avoir de stratégie claire et définie induits différents freins et blocages:

De la procrastination:

ne t’ai t-il jamais arrivé de te sentir paralysé pour agir. Si oui, c’est que qu’à un moment donné pour agit il faut trouver la bonne impulsion. Et la bonne impulsion provient de ta motivation. Ce que l’on oublie souvent c’est que le principal obstacle au développement de ton entreprise c’est peut être toi-même dans le sens où tu ne détiens pas la carte et la boussole qui pourrait t’orienter.

L’idée simple est souvent la meilleure:

agir ce n’est pas confondre le but et les moyens. On fait souvent la confusion entre les techniques de communication et commerciale pour concrétiser ses goals (ses buts) avec un vraie stratégie commerciale. Mais faire des pubs Facebook ou créer son site web ce n’est pas construire une vision mai seulement lui donner forme.

Sans positionnement commercial pas de succès en vue:

c’est peut-être tout bête et tout simple mais c’est souvent le couple offre/client qui bât de l’aile dans les difficultés commerciales d’une entreprise. Effectivement avec un mauvaise ciblage et une offre sans valeur, tu pourrais rester longtemps dans le flux continu de la concurrence.

50% des problèmes de développement commercial proviennent de là mais les entrepreneurs ont du mal à agir sur ce type de problème car ils ont le nez collé à la vitre et pour pouvoir voir de loin, il faut assez de lucidité pour se remettre en cause.

Construire un système commercial qui dure:

comme l’investissement sur soi et pour son entreprise, pour construire un système commercial qui dure il faut prendre du temps qui n’est pas rentable au départ. Ce temps, c’est celui de la réflexion, de la construction de méthodes et d’outils, de clarification de son focus.

La principale erreur d’un entrepreneur à ce niveau est de penser que l’on est chef d’entreprise seulement dans la gestion courante de son activité. Alors qu’un temps de l’entreprise doit être aussi alloué au développement de son entreprise. Dans ce cas là on prend plutôt la posture d’un super salarié plutôt de celle de l’entrepreneur responsable de sa liberté d’entreprendre.

Vous souhaitez échanger à propos de vos problématiques de développement commercial, n’hésitez pas à me contacter:

[email protected]/Tél: 0622951638

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous à notre actu et nos conseils