ENTREPRENEUR, COMMENT EVITER TROIS HABITUDES QUI VOUS EMPECHENT D’ETRE SEREIN
Photo de Kalen Emsley sur Unsplash

ENTREPRENEUR, COMMENT EVITER TROIS HABITUDES QUI VOUS EMPECHENT D’ETRE SEREIN

Bon, on le sait, en tant qu’entrepreneur on est à sa propre solitude lorsqu’il s’agit de prendre des décisions. Personne n’est à vos côtés à chaque minute pour vous taper gentiment sur l’épaule et vous dire de faire attention.

S’il y a donc bien un danger qui guette chacun de nous en tant que chef d’entreprise, c’est bien le fait d’être irrationnel et d’avoir tout le mal du monde à se décoller d’une perception biaisée de votre entreprise.

Je partage donc avec vous trois habitudes que vous pouvez corriger, rien qu’en en prenant conscience. Ce qui vous permettra d’être plus serein dans le développement de votre activité.

1/TOUT VA BIEN QUAND TOUT VA MAL

Justement, cette irrationalité peut se concrétiser de la façon suivante.

Imaginons un restaurant traditionnel. Ce sont deux sœurs qui tiennent l’entreprise et les affaires semblent fonctionner lorsque le verdict de l’année comptable tombe : -30% de chiffre d’affaires. Les deux sœurs ne se sont bien rendues compte de certaines difficultés mais elles les ont sous-estimées.

En fait le problème était le suivant :

La sœur qui se chargeait de recevoir les clients ne le faisaient pas. Et donc des clients pouvaient rester 5 minutes debout sans qu’on les dirige vers une table. C’était sans compter sur sa façon de s’exprimer avec les clients et son air « qui ne donnait pas envie ».

L’autre sœur elle, alors qu’elle était la gérante, n’osait rien dire face à son mauvais caractère car « c’était sa sœur » et donc laissait aller les choses. De son côté, elle avait des difficultés à s’organiser et avait baissé les bras face aux difficultés.

Bon, vous allez me demander comment l’histoire de ce restaurant s’est terminée. Eh bien, il a fallu qu’elles se fassent aider par un coach pour prendre conscience de ce qui n’allait pas.

La première recommandation est de savoir prendre du recul et d’être réactif pour prendre les devants lorsqu’il est encore temps.

Le fait d’avoir un mentor à qui parler, ou un coach ou de former un groupe de réflexion avec quelques entrepreneurs peut vous permettre de ne pas être dans le déni par rapport à des décisions malheureuses que vous avez pu prendre.

Après, il est important de savoir de quelle façon vous fonctionnez.

Pour ceux qui font tout le temps appel aux autres pour prendre des décisions, il s’agit de savoir s’écouter soi-même, de moins se disperser et d’apprendre à dire non.

Pour les entrepreneurs qui au contraire ont l’habitude de décider seul il serait intéressant d’écouter l’opinion des autres pour ouvrir le champ des opportunités et faire les bons arbitrages.  

 

2/FAIRE TOUJOURS PLUS DE LA MÊME CHOSE

Un entrepreneur qui a réussi à se développer en trouvant des tactiques qui lui conviennent jusqu’alors s’aperçoit tout à coup que ça ne fonctionne plus.

Pourtant il va faire toujours plus de la même chose quand ses actions n’ont plus l’effet escompté, et va s’entêter à rechercher les mêmes solutions.

Selon l’école de Palo Alto on appelle cela « faire toujours plus de la même chose ». En clair ce qui a fonctionné aujourd’hui peut ne pas fonctionner demain. Vous vous épuisez à enclencher les mêmes actions et à rechercher les mêmes solutions car ce sont des choses qui vous rassurent. Au moins vous restez dans le domaine du connu.

 Je me rappelle d’un entrepreneur plombier qui en était à sa troisième entreprise. Etant très consciencieux et travailleur à chaque création d’entreprise il arrivait à obtenir facilement des chantiers ; et réellement, de ce côté-là, son activité fonctionnait.

Ou plutôt, son affaire semblait bien fonctionner.

Sauf que n’étant pas un très bon gestionnaire, surchargé par les chantiers, il oubliait d’envoyer les factures et les retards de paiement s’accumulaient régulièrement. Ses deux premières affaires ont péréclité de la même façon : à cause de problèmes de trésorerie. Pour sa troisième affaire, j’ai dû le convaincre de s’y prendre autrement.

L’idée de faire autrement est d’abord liée à notre méconnaissance. Nous pensons qu’il n’existe pas d’autres façons de procéder ou d’autres façon de penser. Et nous nous enfermons dans un système d’action voué à l’échec.

Faire autrement c’est donc accepter l’ouverture et l’idée, que vous pouvez trouver un angle d’attaque meilleur par rapport à votre problème. Pour cela il faut juste une bonne dose de lucidité qui vous permettra de trouver la bonne solution à vos problèmes.

3/JE N’AI PAS LES BONNES CHAUSSURES

Imaginez que vous vous êtes préparé pendant des mois pour participer à un marathon.

Ça fait un moment que vous rêvez de faire cette course et le moment est enfin arrivé. Tout excité vous avez préparé votre sac et vous sortez de chez vous.

Ça y est vous êtes arrivé et vous ouvrez votre sac pour mettre vos chaussures de course toutes neuves que vous avez acheté pour l’occasion. Et catastrophe !

Ce ne sont pas les belles chaussures toutes neuves que vous trouvez à la place mais vos chaussures d’occasion dont le dessus est troué et la semelle rabotée. Bon, puisque vous êtes là, vous commencez la course mais le cœur n’y est pas.

Cette simple histoire de chaussure vous a fait perdre tous vos moyens et au final vous ne profitez pas de cette course tant attendue. Que s’est-il donc passé ?

Nous avons tous connu ce phénomène : un événement imprévisible bouscule nos plans prédéfinis et nous ne savons plus comment réagir.

Je vais vous donner un autre exemple, qui je pense va être très parlant. Cet exemple est personnel car je l’ai souvent vécu.

Vous avez convenu d’un rendez-vous téléphonique avec un client. L’idée de ce rendez-vous est d’échanger avec lui sur ses besoins et de lui expliquer en quoi vous pouvez l’aider.

Tout est prévu, le jour, l’heure d’appel et vous avez bien rôdé votre discours sauf que…vous n’arrivez pas à le contacter. Et tout l’espoir que vous avez mis dans cet appel s’effondre en une seconde.

En fait, ce qui s’est passé c’est que vous avez anticipé quelque chose qui n’existait pas. Vous avez enfermé le futur dans une boîte, et au moment où il n’a plus correspondu à votre idée du moment futur, vous avez perdu vos moyens.

Que ce soit au sujet de la chaussure de course oubliée ou de l’appel téléphonique, dans les deux cas, vous avez oublié une chose : à trop focaliser sur ce que l’on veut soi-même, on oublie que la réalité peut prendre une tournure que vous n’aviez pas prévu.

Ce que fait alors la différence, c’est la façon dont vous décryptez cette réalité.

Ne pas prendre les bonnes chaussures peut être une source de motivation supplémentaire pour vous.

Qu’un client n’honore pas votre rendez-vous peut très bien vous mettre la puce à l’oreille en vous disant que ce client n’était pas un « bon » client pour vous, et que vous avez mésestimé cet élément.

Le problème c’est donc une question d’état d’esprit. `

La réalité peut être quelquefois décevante, mais si vous vous ouvrez à ce qu’elle peut vous offrir elle peut être aussi merveilleuse.

Accueillir et accepter le présent tel qu’il vient n’est pas si facile. Mais elle peut permettre de bouleverser les événements eux-mêmes. Si vous aviez été plus dans le présent, peut-être que vous n’auriez pas oublié vos chaussures. Si vous aviez été plus détendu par rapport à cet appel peut-être que comme par hasard vous auriez eu ce client au bout du fil…

Je souhaitais partager avec vous une autre version de cette histoire. Imaginons que cet fois la bonne chaussure ne soit qu’un prétexte pour ne pas agir, ou ne pas agir comme il faut.

Cette version rejoint alors l’idée de procrastination, lorsque nous prétextons un inconvénient pour ne pas agir, ou pour ne pas être à notre summum.

Souvent la procrastination est en lien avec l’idée de faire les choses parfaitement, ou d’avoir fait à tout prix le tour d’un problème avant d’agir. Seulement, dans la plupart des cas, on ne fait jamais le tour de quelque chose.

Je vous propose donc une chose. A chaque fois, que vous vous sentez bloqué, imposez-vous de faire une petite action. Et ce faisant il sera plus facile de sortir de votre inertie.

L’action vous pousse dans le présent. Le fait par exemple d’acter une tâche à effectuer dans votre agenda et non pas seulement sur un bout de papier vous pousse dans le présent.

 

TROIS HABITUDES POUR ÊTRE ZEN AU QUOTIDIEN

Cet article participe à l’événement “3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien” du blog Habitudes Zen. J’apprécie beaucoup ce blog. Et il y a un article qui m’a plus particulièrement intéressé et qui s’intitule : « Optimisez vos micro-décisions pour gagner en temps et en bien-être ». Lisez-le, je pense qu’il vous plaira.

 

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous à notre actu et nos conseils